Carl von Linné et la classification des plantes #MissionBotanique

Carl von Linné est un naturaliste suédois du XVIIIe siècle (1707-1778). Il est réputé pour être à l’origine de la généralisation du système moderne de la nomenclature binomiale.
Carl von Linné 1707–1778 par Alexandre Roslin, conservée au Nationalmuseum (Domaine public)
Carl von Linné 1707–1778 par Alexandre Roslin, conservée au Nationalmuseum (Domaine public)

Issu d’une famille de pasteur, Carl von Linné se détourne de cette voie pour entreprendre des études de médecine. A cette époque, ces études sont peu développées en Suède et il n’est pas possible d’y soutenir sa thèse. Néanmoins, l’enseignement médical accorde une part importante à la botanique (apprentissage des caractères des plantes, vertus médicinales et préparations pharmaceutiques) ce qui lui permet d’une part d’assouvir sa passion pour la botanique, transmise par son père, mais aussi de lui fournir une formation qui lui servira dans son travail.

Dès l’âge de 24 ans, à Uppssala où il étudie depuis 1728, Carl von Linné conçoit une classification des plantes d’après les organes sexuels visibles (étamines et pistils), plus précisément en fonction du nombre et de la disposition de ces organes. Il référence son travail dans Hortus uplandicus. Ce travail donne le système dit Linnéen, qui se compose de 24 classes (23 classes de plantes à fleurs et une classe appelée « cryptogames »).

Cependant, Linné lui-même reconnaît les limites de sa classification qu’il finira par réviser.

Le jardin botanique d’Uppsala, à l’époque de Linné
Le jardin botanique d’Uppsala, à l’époque de Linné (image dans le domaine public)

Ainsi, à partir de ses observations et de celles de son réseau, Linné répertorie, nomme et classe de manière systématique toutes les espèces connues de son époque. Il s’intéresse notamment à trois grands règnes de la nature : les plantes, les animaux et les minéraux. Il aurait ainsi identifié 6000 espèces végétales et 4400 animales.

Il établit alors une nomenclature et détermine une hiérarchisation des classifications en différents niveaux : classe, genre, ordre, niveau, espèce et variété. Néanmoins, Linné n’en est pas réellement à l’origine puisqu’il reprend les travaux de ses prédécesseurs tels que John Ray ou Sébastien Vaillant, pour ce qui est de la taxinomie, mais va plus loin qu’eux.

En 1735, il rejoint les Pays-Bas afin de pouvoir passer sa thèse en médecine et de publier ses écrits. Cette même année, il rencontre un botaniste à qui il montre son manuscrit Systema naturae. Celui-ci impressionné décide de financier la publication. Cette œuvre majeure est celle où il expose sa méthode de classification de la nature. Elle est constamment revue et augmentée suivant les années. En 1753, il publie un ouvrage correspondant à une révision du Systema naturae, sous le nom de Species plantarum. C’est par ce biais qu’il généralise la nomenclature binomiale qui sera alors systématiquement utilisée jusqu’à nos jours, grâce à l’acceptation généralisée.

Extrait de Systema naturae, édition de 1735 (domaine public)
Extrait de Systema naturae, édition de 1735 (domaine public)

En taxinomie, le nom binomial est un ensemble de deux mots pour désigner une espèce. Le premier mot est le genre écrit avec une majuscule tandis que le second mot est l’espèce au sein de ce genre, écrit avec une minuscule. De plus, ce duo se veut en latin et en italique. Par exemple, le nom binomial de la menthe poivrée sera Mentha piperita.

Bien qu’il ait consacré la majorité de sa vie à la botanique, Linné a exercé la médecine durant 3 ans à partir de 1738, en se spécialisant dans le traitement de la syphilis. A cette même période, il fonde l’Académie des sciences de Suède. En 1741, il obtient la chaire de médecine de l’université d’Uppsala qu’il abandonne après un an, pour celle de botanique. A cette période, il continue de travailler sur son ouvrage Systema naturae grâce aux spécimens de végétaux et d’animaux qu’il reçoit du monde entier.

L'autrice

Cet article a été écrit par Fanny Godard et vous est proposé dans le cadre de la #MissionBotanique lancée par Tela Botanica. Plusieurs articles sur l’histoire de la botanique vous sont proposés dans le cadre de cette campagne de communication.

13 commentaires

  1. L’expression « père de la classification » pour Linné est une insulte à de nombreux auteurs qui l’ont précédé, par exemple JP de Tournefort à Paris. Par ailleurs, Linné a négligé la morphologie générale et comparée au point qu’il a été traité de « nomeur de plantes » par Adanson tellement les descriptions étaient bâclées.

    1. Toute évolution scientifique « actée » à un moment donnée a toujours un lien direct ou indirect avec des questionnement , des principes énoncés par des auteurs qui l’ont précédée. Alors oui la nomenclature binomiale de Linné est actée .Peut-être la communauté scientifique était-elle prête a cette évolution à ce moment là et jamais avant?
      Je ne vois rien d’insultant dans les propos de Fanny Godart. Vous citez Tournefort, est-ce du chauvinisme mal placé? Comment fonctionnait la communication scientifique à cette époque?
      Mesurez vos propos en développant vos arguments. De grâce , ne « B.F.Misons » pas Téla Botanica

    2. est-ce qu’on pourrait éviter ce mot horrible de « acté » (Cf. commentaire n° 2 ci-dessus). En français, on peut dire entériné, décidé, tranché, etc.

    1. Bonsoir. Le nom patronymique de Linné est un sujet en soi: voir l’article de Wikipedia, détaillé à souhait. Quant au nom « Vulpes vulpes (Linnaeus, 1758) », il comprend 4 partie. La première, « Vulpes » (avec une majuscule), est le nom de genre, créé en 1775… mais pas par Linné. La seconde, « vulpes » (avec une minuscule), est le nom de cette espèce, le renard roux. Cette façon de nommer les espèces par deux noms, ou « nomenclature binominale » (ou binomiale), constitue le principal apport de Linné aux sciences naturelles, encore en usage de nos jours. La 3e partie, « Linnaeus », et ce qu’on appelle le « nom d’auteur’, c’est-à-dire de l’auteur qui a créé ce nom (ou au moins ce nom spécifique, le nom mis entre parenthèses indiquant un changement de genre du nom d’espèce, celle-ci ayant été nommée à l’origine par Linné « Canis vulpes »). Ce nom est suivi de la 4e partie, « 1758 », date de création de ce nom. Ici, il s’agit d’une date importante, celle de la 10e édition du Systema Naturae, qui marque le point de départ de la nomenclature zoologique, la nomenclature botanique ayant quant à elle pris naissance dans le Species plantarum de 1753.

  2. On se trompe aujourd’hui, à mon avis, en imaginant Carl Linnæus comme un scientifique isolé créant un système de toutes pièces : il y a déjà effectivement chez Tournefort la notion de classes et de genres.

    C’est plus l’Université d’Uppsala qui s’est attaqué au rangement de la nature au sens large, via un système de normalisation de la nomenclature des « choses » à 5 niveaux du Règne à l’Espèce.

    Son confrère J.G.Wallerius publie quasiment en même temps (1753) « Systema Mineralogicum, Quo Corpora Mineralia In Classes, Ordines, Genera Et Species » avec le même type de nomenclature binomiale et un système de regroupement en classes, ordres, etc… (il est sur Gallica en Allemand)

    Un exemple de Wallerius pour le règne aquatique traduit en français en 1753 :
    https://books.google.fr/books?id=Dx4-AAAAcAAJ&printsec=frontcover

  3. Bonjour,
    Bravo pour cette information sur von Linné, mais on pourrait aussi une autre fois signaler son prédécesseur Leonhart Fuchs , allemand qui publia au XVI ème siècle De historia stirpium commentarii – en français – Commentaires de l’histoire des plantes où il posa les premiers principes de la systématiques des plantes
    Si cela s’avérait utile il est possible de rédiger une note brève à ce sujet.

  4. Bonjour à tous,

    J’ai lu vos commentaires avec attention et je comprends bien vos critiques. A dire vrai, j’ai eu beaucoup de mal à me retrouver dans cette histoire de classification et autres.

    Je n’ai voulu entaché personne, j’ai essayé de faire au mieux avec ce que j’avais. Alors oui, mon article est loin d’être parfaite et je reconnais que cet article peut être un peu limite.

    Après, je m’étais proposée sur le sujet de Linné et j’ai tenté de ne pas trop m’en éloigner. Surtout, je ne souhaitais pas que cela fasse des pages.

    Dans tous les cas, veuillez m’excuser des nombreuses reprises qui sont possibles de faire.

    1. Bonjour,
      Merci encore pour votre article 🙂
      L’article a ses limites, certes, mais il reste une porte d’entrée pour certaines personnes qui ne connaissent pas du tout cet homme.
      Les commentaires seront utiles pour les personnes qui souhaitent approfondir leurs recherches.
      Dans tous les cas, vous avez fourni un travail intéressant, dans un délai court et surtout avec un nombre de mots limités ^^
      Merci à vous
      Léa

  5. Avant Linne en general les especes avaient chacune le nom d’un genre et une phrase descriptive; ce qui etait assez encombrant. Donc,Linnaeus a voulu abbrevier ceci en leurs donnant un seul mot comme epithete. D’apres ce que je sais, c’est comme ca que le systeme binomial est devenu la norme.

Répondre à Jean-Michel Faton Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *