Glanes étymologiques : Polygonum, Polygonatum, Theligonum

Une étymologie en cache parfois une autre ; c'est le cas de Polygonum, "qui a une nombreuse descendance", interprété ensuite comme "qui a de nombreux nœuds".

Polygonum est un nom qui a désigné plusieurs plantes en grec et en latin. L’une d’entre elles, πολύγονον ἄρρεν – polugonon arren (« polygonon mâle »), désigne bien la renouée Polygonum aviculare chez Dioscoride. Cette humble plante rudérale a toujours joui d’une bonne réputation médicinale (comme astringent, antidiarrhéique, vulnéraire et hémostatique), et ses graines sont appréciées des oiseaux.

Mais l’étymologie de son nom est controversée. Pour comprendre cette situation, il faut distinguer trois mots grecs :

γόνος, γόνου – gonos, gonou, « action d’engendrer, ce qui est engendré », a donné πολύγονον – polugonon, « qui a une nombreuse descendance, prolifique » ;

γόνυ, γόνατος – gonu, gonatos, « genou, nœud (d’une tige) » a donné πολυγόνατον – polugonaton, « qui a de nombreux nœuds » ;

γωνία, γωνίας – gônia, gônias, « angle, coin », a donné πολύγωνος – polugônos, « qui a de nombreux angles, polygone ».

Le sens premier de πολύγονον – polugonon est donc « qui a une nombreuse descendance », ce qui est confirmé par le synonyme de Dioscoride πολύκαρπον – polukarpon, « qui donne de nombreux fruits ». Mais la confusion avec le sens de πολυγόνατον – polugonaton date au moins de Dioscoride. Celui-ci distingue en effet trois plantes :

πολύγονον ἄρρεν – polugonon arren (« mâle ») (Dioscoride, 4.4) : synonyme : πολύκαρπον – polukarpon. Cest une herbe à nombreuses tiges fines, tendres, couvertes de nœuds, rampant sur le sol comme le chiendent (Polygonum aviculare).

πολύγονον θῆλυ – polugonon thêlu (« femelle ») (Dioscoride, 4.5) : C’est un petit arbrisseau à une tige tendre et qui ressemble à un roseau, avec des nœuds continus disposés l’un après l’autre comme ceux d’une trompette (Hippuris vulgaris).

πολυγόνατον – polugonaton (Dioscoride, 4.6) : La racine est blanche, tendre, longue, dense, elle a de nombreux nœuds (Polygonatum spp.).

Les deux sens sont mentionnés par de nombreux botanistes, mais c’est celui de « qui a de nombreux nœuds » qui se retrouve dans les noms populaires renouée, centinodia, knotgrass, Knöterich.

Ainsi, chez Pline (27, 113) : Polygonon est le nom que les Grecs donnent à la plante que nous appelons sanguinaria…. Les auteurs qui distinguent plusieurs espèces de polygonum veulent que celui-ci soit le mâle, et qu’il doive son nom à l’abondance de sa graine ou à ses branches touffues ; d’autres le nomment polygonatum, à cause du grand nombre de ses nœuds.

Chez Jean Bauhin (1651, 3, 374) : Pour de nombreuses espèces, si on considère le sens du mot, la nomenclature de Polygonum peut être déduite de ses nombreux nœuds, ou bien, comme le pensent certains, de la multitude de ses graines.

Dautres noms dérivent de γόνος, γόνου – gonos, gonou. On peut citer ἀρρενογόνον – arrenogonon (« génitrice de garçons ») et θηλυγόνον – thelugonon (« génitrice de filles ») :

– Une forme de la φύλλον – phullon (mercuriale) est dite ἀρρενογόνον – arrenogonon, l’autre θηλυγόνον – thelugonon (Théophraste, IX, 18.5)

– On dit que boire l’arrenogonon fait naître des garçons, et boire la thelugonon des filles. (Dioscoride, 3.125).

θηλυγόνον – thelugonon a donné le nom scientifique Theligonum. Linné l’aurait repris de Caspar Bauhin (Pinax, 1671, p. 146), sur les indications de François Boissier de Sauvages de la Croix. Theligonum veut donc dire « la plante qui fait naître des filles », et non « genou de femme » comme le disent certains.

fleurs et feuilles de renouée

Retrouvez les liens vers les sources sur les pages Polygonum, Polygonatum et Theligonum du dictionnaire étymologique de Pl@ntUse.

Michel Chauvet

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *