Le lierre, une arme pour la biodiversité et contre le réchauffement climatique

A la découverte du Lierre grimpant (Hedera helix) sur le blog DEFI-Écologique : sa biologie, son intérêt bioclimatique, son rôle écosystémique et bien d'autres choses !

Alors que la biodiversité peine et que le réchauffement climatique s’épanouit, le Lierre grimpant (Hedera helix) peut être une réponses parmi d’autres.

Ce que vous allez apprendre:

  • Le lierre grimpant est porteur de biodiversité
  • Le lierre n’est pas un parasite
  • Il peut nous être utile pour lutter contre la chaleur urbaine
  • Il a des propriétés dé-polluantes

Lire la suite sur le blog DEFI-Écologique

Le Lierre grimpant encore trop méconnu © Domaine public

 

L’amour chez les vieillards a d’étranges racines

Et trouve, comme un lierre aux fentes des ruines

Dans ces cœurs ravagés par le temps et les maux

Cent brèches où pousser ses tenaces rameaux

Emile Augier

Plus d'articles de DEFI-Écologique

7 commentaires

  1. Je suis tout a fait d’accord. Malheureusement je constate que la lierre est mal aimée. Les gens la coupe et detruisent a chaque opportunité. On dit que c’est mauvais pour les mûrs et aussi pour les arbres. Sur les mûrs je ne sais pas, mais je ne suis pas d’accord qu’on l’enlève des arbres dans la fôret. Je crois qu’ il faut laiser la nature faire dans de milieux naturelles.

  2. Bonjour,

    je suis bien d’accord avec les bienfaits du Lierre pour la biodiversité en France et en Europe.
    Cependant, moi qui habite en Caroline-du-Nord, je constate qu’ici, le Lierre est une espèce exotique envahissante qui prend la place des espèces indigènes. Comme quoi, tout est relatif quand on parle des bienfaits d’une espèce.

    1. Bien sûr, le lierre, et il y en a des sacrées quantités, dans les haies variées de mon jardin et dans toutes les haies alentours, se plait énormément dans l’humus des feuilles tombées. Sauf que maintenant je le considère comme très envahisseur, et finit en prospérant par étouffer toutes les haies. De plus des tiges qui drageonnent de partout, et s’expansent en longueur et largeur en filant dans les herbes. Un des lierres qui grimpe dans un vieux poirier -et que je laissais par souci écologique- a fini en s’ épaississant par casser la cime de l’arbre. Du coup maintenant je fais en sorte de contrôler régulièrement que mes haies ne soient pas envahies et qu’elles restent belles avec leur spécificité du à leurs variétés végétales, et un repère pour insectes et oiseaux.

  3. Dans le dossier suivant en lien il est dit que le lierre est toxique pour les animaux. C’est faux en ce qui concerne les moutons et chèvres qui adorent et en font une consommation systématique de ce qui est accessible. Les fleurs sont très appréciées, entre autre , des abeilles et les fruits des oiseaux à des périodes où il n’y a plus grand chose d’autre.

    1. Bonjour,

      Il est dit dans l’article, ou le dossier c’est selon, que les baies sont effectivement toxiques mais que leur niveau de toxicité dépend de qui les consomment (exemple le pigeon et ses gésiers, etc.)
      Est-ce que vous savez dans quelle quantité moutons et chèvres les consomment exactement ?

  4. Le lierre est également très consommé par le Chevreuil et il lui permet de mieux passer l’hiver, notamment dans les zones enneigées. Il est vrai aussi que nombre d’oiseaux consomment ses graines et que son époque de floraison vient bien complémenter le régime des Abeilles.
    En forêt et dans les haies « in natura », il faut en laisser croitre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *