Le pois rouge : graine du languissement et poison violent

À la découverte du haricot pater noster, espèce dont les pois sont prisés pour leur beauté et dont la racine est utilisée par les praticiens de médecine traditionnelle de Chine et du Cambodge.

Le poète chinois Wang Wei (王维 [wáng wéi]) (701-761), un poète majeur de l’époque des Tang, époque qui marque l’apogée de la poésie chinoise régulière, est surtout connu pour ses poèmes lyriques, qui dépeignent des paysages de façon superbe ; il était en outre un peintre de paysages talentueux. On disait de son travail que chacun de ses poèmes contenait un paysage, et que l’on trouvait de la poésie dans chacun de ses tableaux. Il a également composé quelques pièces mélancoliques, dont celle-ci, intitulée « Se languir » (《相思》 [xiāngsī]), qui est extrêmement connue et fait partie de poèmes appris par cœur par les écoliers chinois :

C’est dans les contrées du Sud que naît le pois rouge,
Chaque année au printemps il en sort quelques branches.
J’espère que vous en cueillerez à foison,
Car c’est cette graine qui se languit le plus.

红豆生南国,春来发几支。
愿君多采撷,此物最相思。

On raconte qu’à l’époque de la dynastie Han (entre le deuxième siècle avant notre ère et le deuxième siècle de l’ère commune), une femme attendait que son mari revienne d’une campagne militaire menée dans le sud du pays. Apprenant qu’il était mort au combat, elle en eut les entrailles déchirées, vomit du sang et tomba terrassée au pied d’un arbre. C’est sur cet arbre que poussèrent des pois couleur rouge sang, appelés pois rouges, puis pois du languissement en souvenir de l’épouse éplorée.


Fleurs d’
Abrus precatorius (Shu Suehiro / CC BY-SA 3.0)

L’espèce, d’Abrus precatorius, est présente dans toutes les régions tropicales. Il s’agit d’une liane ligneuses à feuilles caduques, qui peut atteindre une longueur de 6 à 9 mètres. Elle est appelée en français œil de crabe, liane réglisse, pois rouge, abrus à chapelet ou encore haricot pater noster. Ces deux derniers noms s’expliquent par le fait que les graines, qui sont de la taille d’un petit pois et qui sont le plus souvent rouges avec un point noir, assez dures et résistantes, étaient utilisées pour confectionner des chapelets.
En Chine, le pois rouge est souvent utilisé pour confectionner des objets décoratifs, en raison de sa belle couleur écarlate, de son brillant et de sa solidité. On en fait par exemple des bracelets.
En usage externe, le pois rouge pilé est utilisé pour traiter des dermatites. Les praticiens de médecine chinoise traditionnelle attribuent à sa racine et à ses vrilles des vertus antifébriles, diurétiques et de détoxification.


Graines d’
Abrus precatorius (Steve Hurst @ Base de données USDA-NRCS PLANTS / Domaine public)

L’espèce est également connue au Cambodge, où elle est appelée « ângkrém-ângkrâm)  (អង្ក្រេមអង្ក្រម) ; dans certaines régions du pays, la graine est connue sous le nom évocateur d’« œil de poisson » (ភ្នែកត្រី [phnaek trei]). La médecine cambodgienne traditionnelle attribue à sa racine des qualités antidiarrhéiques, antitussives et anti-inflammatoires. A la campagne, la graine est souvent mise à contribution par les enfants qui jouent à la dînette (បីឡុកបីឡ [bei-lâk bei-lâ]).
Mais attention : cette graine n’est pas comestible, car elle contient l’une des substances les plus toxiques du monde végétal : l’abrine.


Gousses (scott.zona CC BY-SA 3.0)

Sources principales :
Mathieu Leti, et al., Flore photographique du Cambodge
Articles Abrus precatorius en chinois et en anglais sur Wikipedia
Article 相思子 sur l’encyclopédie chinoise en ligne Baidu

3 commentaires

  1. Bonjour, Abrus precatorius pousse en Nouvelle-Calédonie où on la nomme liane-réglisse (et de nombreux noms vernaculaires en fonction des nombreuses langues indigènes), car on peut mâcher les folioles pour obtenir en bouche un goût prononcé de réglisse, le même qu’en mâchant de vrais bâtons de réglisse ! Édulcorant et légèrement désaltérant, c’est pratique quand on veut se rafraichir l’haleine sans chewing-gum ni dentifrice.
    On m’a aussi rapporté d’anciennes histoires de bébés empoisonnés en suçant le collier de leur mère confectionné avec des graines percées…

    1. J’en ai trouvé également à la Réunion. St Joseph, Ilet d’Elbon. Nommé aussi réglisse ou cascadelle. Caractère toxique connu de ma mère, 89 ans. Très rare. N’est plus utilisé pour la confection de collier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *