Consultation citoyenne : Les outils du botaniste dans 20 ans

Continuons dans cet article à explorer les résultats de la consultation citoyenne "La botanique dans 20 ans", avec un aperçu des réponses au second chapitre "Les outils botaniques dans 20 ans : Quels seront, selon vous, les outils botaniques du futur ?".
Une du site(37)
Les cinq thématiques de la consultation citoyenne "La botanique dans 20 ans" - Tela Botanica CC BY-SA

Les outils botaniques dans 20 ans : Quels seront, selon vous, les outils botaniques du futur ?

Pour sa vingtième année, Tela Botanica a lancé avec les Écologistes de l’Euzière une consultation citoyenne autour de la thématique :  « La botanique dans 20 ans », diffusée notamment au travers du jeu de piste botanique en ligne « L’expédition temporelle ». Cet article n’a pas vocation à être exhaustif mais à offrir un aperçu des réponses des participants aux questions du deuxième chapitre :  « Les outils botaniques dans 20 ans : Quels seront, selon vous, les outils botaniques du futur ? ».

Retrouvez dans les prochaines semaines sur Tela Botanica les chapitres suivants de cette série, qui sera clôturée par la diffusion de l’arbre des possibles de « La botanique dans 20 ans », dont les branches, rameaux et feuilles vous permettront de naviguer entre questions et réponses !

Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez-vous à Marseille pour le Congrès mondial de la nature de l’UICN du 3 au 11 septembre 2021. L’équipe de Tela Botanica vous y attend dans l’Espace Génération Nature du Congrès accessible gratuitement par tous et vous proposera d’explorer l’arbre des possibles du futur de la botanique et d’y contribuer.

Question 5 : Quelles nouvelles technologies/outils pourraient venir en aide à la botanique ? 174 réponses

PREZI 5

Parmi les 174 répondants, 27,5 % ont cité les applications mobiles

Un aperçu des réponses :

  • « Loupe sur téléphone mobile pour voir les détails, outils d’aide à la détermination en lien avec localisation GPS. Capteur biochimique capable de donner le code génétique de la plante. »
  • « Des applications permettant l’identification des plantes sur photo (sur le modèle de Pl@ntNet), voire directement par l’analyse de l’ADN grâce à un simple contact. »
  • « Une application qui nous donnerait chaque jour un nouveau défi à faire en lien avec la botanique. »

27 % ont cité des outils d’aide à l’analyse et à la recherche

Un aperçu des réponses :

  • « Des outils portables pour des analyses plus fines directement sur le terrain. »
  • « Un détecteur qui, instantanément, révèlerait des différentes molécules composant la plante. »
  • « Reconstitution 3D de zones d’études botaniques (scanner un champ) ? »
  • « Un séquenceur ADN portatif. »
  • « Vision souterraine. »
  • « Microscope à balayage. »
  • « Microscope-scanner de reconnaissance et de poche. »

27 % ont cité l’intelligence artificielle

Un aperçu des réponses :

  • « Reconnaissance 3D des plantes. »
  • « Un outil qui reconnaisse les odeurs ou émanations chimiques. Davantage de précision dans la « reconnaissance faciale » des végétaux. »
  • « Intelligence artificielle pour traiter des grandes quantités de données. »
  • « Intelligence artificielle pour identification. »
  • « Programmes informatiques performants en analyse de données (images, sons, thermie, composition chimique, champ électrique et magnétique…). »
  • « L’intelligence artificielle reconnaîtrait sans aucun problème toute plante – les robots testeraient les pouvoirs des plantes. »

11,5 % ont cité les bases de données

Un aperçu des réponses :

  • « Bases de données sans frontières, cartes de distribution précises. »
  • « Base de données mondiale à accès ultra rapide. »
  • « Internet et bases de données. »
  • « Base de données accessible et compréhensible par tous : professionnel, amateurs, néophytes. »

9 % ont cité les drones

Un aperçu des réponses :

  • « Les drones pour les plantes peu accessibles. »
  • « Les drones, munis de pinces ou autres trucs pour faire des prélèvements dans des endroits presque inaccessibles. »
  • « Drone pouvant comptabiliser la flore présente sur un espace donné. »
  • « Drones/caméras autonomes (types piège photo plus costauds). »
  • « Les drones pour observer la canopée ou les endroits inaccessibles. »

2 % ont cité la réalité virtuelle

Un aperçu des réponses :

  • « La réalité virtuelle qui pourrait permettre de consulter des échantillons. »
  • « Instrument 3D permettant la visualisation d’une plante sans la cueillir. »
  • « Pépinières virtuelles. »
  • « Herbiers en ligne en réalité virtuelle. »
  • « Capteur vidéo « intelligent » capable de donner le nom de la plante et de la géolocaliser dans des banques de données. »

Question 6 : Pour résoudre quelles problématiques serait-il intéressant d'avoir de nouveaux outils ? 161 réponses

PREZI 6

Parmi les 161 répondants, 41% ont cité la pratique de la botanique

Un aperçu des réponses :

Identification des plantes

  • « Pour faciliter la détermination et l’inventaire. »
  • « Affiner la détermination des espèces. »
  • « Des outils permettant une détermination précise et sûre y compris hors période de floraison. »
  • « Différencier des plantes très similaires précisément et directement sur le terrain. »
  • « Parvenir à identifier une plante plus rapidement qu’elle soit en floraison, fructification ou autre. »
  • « La détermination sans récolte de la plante. »
  • « Les différences parfois très fines entre espèces. »

Accessibilité géographique

  • « Pour les environnements denses ou inaccessibles (forêt tropicale, zone escarpée, cime des arbres, etc ..). »
  • « Problématique de prospection. »
  • « Les drones pour aller chercher des espèces difficiles d’accès plus facilement que via une expédition humaine. »
  • « Identifier et répertorier sans avoir besoin de se déplacer. »
  • « La distance géographique avec les plantes. »
  • « Réduire les temps de prospection (nombre de passages sur site), les problèmes d’accessibilité. »
  • « L’accès difficile à certains milieux. »

Accessibilité des connaissances

  • « La mise à disposition des connaissances. »
  • « Inventaire botanique d’un site sans connaissance spécifique en botanique. »
  • « Pour réduire le poids des livres, avoir accès à une seule flore quelque soit l’endroit de prospection (dans toute l’Europe dans un premier temps, ça serait top). »

21% ont cité le déclin/la protection de la biodiversité

Un aperçu des réponses :

  • « Pouvoir préconiser les risques liés à une espèce dans un environnement donné, avant qu’il ne soit trop tard. Risques : pression humaine, pollution, climat, équilibres écologiques, etc. »
  • « La sauvegarde de la diversité du vivant sur terre, bien sûr ! »
  • « Pour identifier, recenser et protéger les espèces menacées. »
  • « Pour freiner la disparition des espèces, favoriser un maximum de biodiversité dans les milieux naturels et les milieux anthropisés. »
  • « Améliorer notre connaissance du végétal, en appréhender les complexes imbrications, arrêter ou freiner sa destruction. »

15 % ont cité l’usages des plantes

Un aperçu des réponses :

Alimentation

  • « L’identification sûre et l’amélioration de la recherche des plantes / champignons pourra être utile aux développements d’une nouvelle forme d’agriculture, afin de pouvoir nourrir toute la planète. »
  • « La nutrition de la population de la terre est un sujet important auquel la botanique, en ayant de nouveaux outils, peut amener des réponses et aussi pour le climat afin d’amorcer un nouvel équilibre entre les activités humaines et la nature. »
  • « Il devra y avoir une nouvelle spécialité de la botanique qui s’intéressera à toutes les combinaisons possibles pour créer des substituts végétaux à une panoplie de mets carnés actuels (ex. hot dogs, hamburgers, saucisses, steaks, etc.). »

Santé

  • « Trouver des pistes thérapeutiques. »
  • « Problématique liée à la santé. »
  • « Pour faire un lien direct au médicament. »
  • « Phytothérapie, gemmothérapie…etc. »
  • « Éviter les maladies. »

Général

  • « Les propriétés, principes actifs des plantes en fonction de leur lieu de cueillette. »
  • « Déterminer sur le terrain les propriétés d’une plante : comestible, molécule intéressante pour traiter une affection… »
  • « Déceler leurs propriétés et composants remarquables. »

10 % ont cité le changement climatique

Un aperçu des réponses :

  • « Pour observer l’évolution du milieu des plantes et de leur adaptation au changement climatique. »
  • « Maladies et prédateurs dus au réchauffement climatique. »
  • « Adaptation des plantes au réchauffement climatique. »
  • « Avoir une idée assez précise de l’impact des modifications climatiques sur notre flore, d’en comprendre vraiment les « rouages », et l’ampleur de ses effets – à court terme, comme à long terme. »
  • « Pouvoir voir en temps réel les changements environnementaux afin de lutter contre la pollution, l’excès d’entrants en agriculture, les effets climatiques. »

9 % ont cité la sensibilisation/l’éducation

Un aperçu des réponses

  • « Une diffusion plus large et plus accessible des connaissances botaniques avec des outils simples et paramétrables. »
  • « Promotion de la botanique par sa vulgarisation. Réintroduction des savoirs dans notre quotidien. »
  • « Pour sensibiliser la population. »
  • « Redonner intérêt à la grande beauté floristique. »
  • « Pour attiser la curiosité à propos de la botanique, tout le monde devrait connaître ses bases de botanique. »

7 % ont cité la pollution

Un aperçu des réponses :

  • « Pour lutter contre les pollutions. »
  • « Pour leur pouvoir de dépollution de l’air et dans l’espace, la régénérescence de la couche d’ozone. »
  • « Pour connaître l’état du sol, notamment au niveau pollution, composition en azote. »
  • « Détection de pollution dans une plante indicatrice de la pollution des sols… »
  • « Parvenir à contrer la pollution atmosphérique à l’aide de plantes. »

2,5 % ont cité les espèces invasives

Un aperçu des réponses :

  • « L’élimination des espèces invasives. »
  • « Faire prendre conscience au grand public de ce que sont des plantes sauvages ou cultivées, autochtones ou non, envahissantes ou invasives, menacées… »
  • « Détection d’espèces exotiques envahissantes. »

24 % ont cité un autre type de réponse

Un aperçu des réponses

  • « La fin dans le monde. »
  • « Les outils actuels répondent parfaitement au besoin de la botanique. »
  • « Plutôt que des outils, je pense à une plus grande coopération des différents acteurs (scientifiques, chercheurs, politiques) pour encadrer les recherches dans le respect du vivant et de l’environnement. »
  • « Pour connaître le langage des plantes. »
  • « Il y a beaucoup de problématiques auxquelles s’intéresser. »

Question 7 : Listez les 3 outils clés du botaniste dans 20 ans. 158 réponses

PREZI7

Parmi les 158 répondants, 91% ont cité des outils matériels

Un aperçu des réponses :

Outils innovants

  • « Une lunette qui reconnaît immédiatement une plante ; une seringue pour prélever un morceau de la plante sans la détruire ; un appareil photo 3D pour constituer un herbier numérique. »
  • « Accès à une flore complète avec une nomenclature harmonisée, un outil pour des analyses chimiques voire génétiques rapide ou de la reconnaissance dans une base de données, un réseau pour discuter des découvertes et réfléchir à l’évolution de la botanique pour continuer de s’adapter, d’alerter, de protéger, de vulgariser… »
  • « Microscope portable connecté; banque de données mondiale; engins volants pour explorer, analyser et photographier la canopée. »
  • « Pl@ntnet V3000. Nanoloupe. Botascan. »

Outils traditionnels

  • « Une paire de chaussures de marche, une loupe, un appareil photo évolué, et un terminal mobile d’accès à Internet (je sais ça fait quatre… Il n’y a qu’à y aller pieds nus!). »
  • « Botaniste amateur ? Ses yeux (et ses pieds et son nez), Internet, un carnet. Botaniste pro ? Ses yeux (et ses pieds et son nez), un labo, un bon réseau. »
  • « Le détecteur de molécules médicinales – Le traducteur du langage arbres – La loupe du botaniste, et une bonne flore tout-terrain (irremplaçable !). »
  • « Une loupe, un petit couteau et une casquette ! »
  • « Un carnet de dessin, le temps et des réunions de botanistes. »

Autres

  • « Les abeilles, les insectes, le microscope. »
  • « Loupe, base de données efficace, des lois de protection efficaces et respectées. »

18 % ont cité des actions et savoirs faire/être

Un aperçu des réponses :

Savoirs faire/être

  • « Comme depuis longtemps : l’attention des sens, la persévérance, et la reconnaissance/respect. »
  • « – Une loupe de botaniste – Des flores – Et leurs 5 sens ! »
  • « Ouverture d’esprit, curiosité, attention. »
  • « Pédagogie, communication, enthousiasme (je ne parle évidemment pas de la loupe, des yeux et des outils numériques!). »

Actions

  • « Connaissance du changement climatique / intervention. »
  • « Conservation / biodiversité – identification – observation. »
  • « Du temps libre, de l’éducation populaire, une valorisation du travail autre que le profit. »

2 % ont cité... autre chose

Un aperçu des réponses :

Toujours avec modération…

  • « Capteur vidéo relié à une base de données, lecteur de code génétique et… tire-bouchon. »
  • « Pain, fromage, bière. »
Bandeau Actu

Deux approches principales ont été utilisées pour valoriser les réponses selon le type de question et en donner un aperçu :

  • Pourcentage de réponses à la question : parmi les répondants, une réponse définie est ressortie
  • Pourcentage de répondants ayant cité cette réponse : Parmi les répondants, un ou plusieurs thèmes sont ressortis dans leur réponse

Plus d'articles sur la consultation citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *