Herbes folles et teinture végétale

Dans le cadre de notre appel à rédaction d’articles sur le thème des herbes folles, Céline Phillipe nous propose une immersion avec les plantes sauvages dans le monde de la teinture et de la broderie végétale.

Herbes folles et teinture végétale

Les herbes à la campagne ne sont ni folles ni mauvaises ! Elles sont vertueuses et généreuses. C’est le plus souvent l’homme qui, par manie du désherbage pour faire propre, par l’usage des pesticides, de l’exploitation intensive, est mauvais à leur égard.

La nature est généreuse si on la laisse tranquille. Les champs, les bords de chemins que l’homme a délaissés débordent d’herbes folles. Elles sont un véritable spectacle vivant.

bord de chemin fleuri
Bord de chemin fleuri - Photo par Céline Philippe CC BY-SA

Si on prend le temps de les regarder, de les observer, on remarque qu’elles ne sont jamais là par hasard. Elles nous renseignent sur la nature du sol, la saison. Elles rendent service à la faune avoisinante, en offrant à la fois le gîte et le couvert. Et, comme elles ont un naturel généreux, elles rendent, à nous les hommes, de multiples services, grâce à leurs propriétés aromatiques, médicinales mais aussi tinctoriales.

Leurs propriétés tinctoriales sont étonnantes, et peut être les plus méconnues.

Observer les herbes folles, les cueillir, pour faire de la couleur sur quelques fils de laine. Et broder avec ces fils … des fleurs. Une activité apaisante, que j’aime découvrir et partager. Elle est aussi une manière aussi de rendre hommage à cette flore, trésor de biodiversité.

La teinture naturelle est une alchimie végétale

Partir en promenade, cueillir le long des chemins, quelques brassées de plantes et fleurs : tels sont les premiers pas vers la couleur végétale. De retour à la maison, il convient de les couper menue patiemment à l’aide d’un ciseau, d’une cisaille ou d’un sécateur.

Puis les plonger dans l’eau pour une longue décoction avec l’excitation de découvrir la couleur qui va apparaître. Notre flore locale est riche en flavonoïdes, famille de colorants offrant des jaunes. Des jaunes plus ou moins jolis, plus ou moins intenses.

Décoction de fleur de cosmos
Décoction de fleurs de Cosmos - Photo par Céline Philippe CC BY-SA

En teinture végétale, les floraisons jaunes offrent, en général, du jaune. Le plus connu est celui de la gaude ou réséda. Plante, riche en lutéoline, elle donne un jaune acidulé qui peut virer au jaune d’or en milieu basique. Elle se trouve plutôt sur les sols en friche, pauvres et calcaires.

Sur des sols plutôt acides, la verge d’or, le millepertuis, le genêt, la tanaisie, le pissenlit, le séneçon donneront d’autres nuances de jaune.

tanaisie
Tanaisie - Photo par Céline Philippe CC BY-SA

Mais les herbes sont parfois un peu folles. Il ne faut pas se fier aux apparences. La couleur de la fleur peut être trompeuse : l’achillée millefeuille aux belles inflorescences blanches offre un joli jaune verdâtre et, la bruyère aux délicates fleurs rosés peut nous surprendre avec des jaunes orangés. Les fougères et orties sont aussi intéressantes à expérimenter. Les nuances varient selon la saison et le climat.

Cependant, les plantes, les herbes ne se laissent pas apprivoiser aussi facilement. Pour que le colorant se fixe aux fibres, il faut préalablement les mordancer. C’est une étape indispensable le plus souvent. Et pour ce faire, en teinture végétale, on recourt le plus souvent aux sels d’aluminium, à l’alun. Mais j’ai fait le choix de ne pas l’utiliser de plusieurs raisons et je préfère un mordançage sans alun, un mordançage végétal. Ainsi, les bains de teinture sont entièrement compostables et je peux rendre à la nature ce que je lui ai pris.

Broder des herbes folles

C’est un moyen de leur rendre hommage et de prolonger la méditation débutée lors de la cueillette. S’inspirer de leurs formes, de leurs lignes, de leurs couleurs, pour tracer au fil de laine, teints aux plantes, leur contour. La broderie végétale devient méditative comme la ballade aux bords des chemins de campagne.

broderie végétale
Broderie végétale - Photo par Céline Philippe CC BY-SA

Les appels à articles

Cet article a été rédigé par Céline Philippe suite à l’appel à articles sur le thème “Les herbes folles du milieu urbain au monde rural”. Vous retrouverez l’intégralité de son travail sur comment teindre en jaune avec des plantes et pouvez la contacter via son site Internet Teinture sauvage.

Si le principe des appels à articles vous intéresse, n’hésitez pas à consulter régulièrement le site de Tela Botanica ainsi que ses réseaux sociaux pour prendre prochainement connaissance du prochain thème. Au plaisir de vous lire !

14 commentaires

  1. Bonjour ! Intéressant le mordançage sans alun. Je suis preneuse de plus d’infos sur les quantités et la méthode, notamment avec le rumex qui se trouve en abondance sur mon terrain ! il me semblait que le rumex colorait en brun, ce qui me rend d’autant plus curieuse de l’utiliser pour faire tenir le jaune…

Répondre à Michel Chauvet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *