Quels noms français voulons-nous donner à nos Fougères, Gymnospermes et Monocotylédones de France

Voici un document provisoire sur les noms français qui semblent les plus appropriés pour dénommer les Fougères, les Gymnospermes et les Monocotylédones de France métropolitaine.

Voici un document provisoire sur les noms français qui semblent les plus appropriés pour dénommer les Fougères, les Gymnospermes et les Monocotylédones de France métropolitaine.
Ce document contient des parties déjà relues par vos soins il y a un an (Amaryllidacées, Aracées, Cyperacées), et qui ont été améliorées grâce à vous. C’est ainsi que contrairement aux premières versions, il est notamment proposé que les noms de Carex et de Laiche coexistent, le premier dédié au espèces hétérostachyées (à épis mâles et femelles bien différenciés), le second aux homostachyés (à épis tous identiques) plutôt que l’un l’emporte sur l’autre, que les ‘Scilles’ pourvues de bractées s’appellent des Pétranthes. L’idée initiale était de vous soumettre ce travail par petites parties publiées chaque semaine. Il semble maintenant nécessaire de le publier globalement car c’est davantage dans une vision d’ensemble qu’il est possible de proposer une nomenclature cohérente.

Ce travail réalisé par David Mercier avec le soutien financier de l’Association Tela Botanica, et déjà relu par de nombreuses personnes, s’inscrit dans la démarche de la production d’une liste de noms français normalisés (NFN) pour la flore vasculaire de la France métropolitaine, selon les objectifs et la méthode exposés par Mathieu et al. 2015. Ces NFN ont notamment pour vocation d’être unique pour chaque taxon, les plus signifiants possible et les plus scientifiquement justes, stables dans le temps et faciles à manier (prononciation, orthographe). Souvent identiques aux noms vernaculaires couramment usités, ils peuvent toutefois en être différents pour des raisons exposées au cas par cas.

En parallèle à ces NFN, chacun pourra bien sûr continuer à utiliser les noms vernaculaires (qui font la richesse de notre langue) selon ses habitudes et sa pratique, en veillant toutefois à conserver une équivalence avec les NFN ou avec les noms scientifiques. La nomenclature scientifique utilisée pour les genres est celle de Flora Gallica (Tison et de Foucault 2014), et les clés, sans être identiques, en sont souvent grandement inspirée.

Document provisoire à télécharger :
– Version .pdf
– Version .doc

Pour les remarques et relectures ponctuelles, vous pouvez les partager directement ci-dessous, dans l’espace dédié aux réponses à cet article.
Pour des remarques et discussions plus complètes, vous êtes les bienvenus à participer au forum dédié à la discussion sur les noms français normalisés

Ce document reste ouvert à la relecture pour toute l’année 2017. Et les Dicotylédones vous seront aussi soumis à relecture prochainement.

David Mercier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *