L’écorce, clé de la verticalité des arbres

Un article à lire sur le site du magazine Pour La Science : les propriétés mécaniques du bois ne suffisent pas à faire tenir droit les arbres, l'écorce a également un rôle déterminant.
B. Clair, laboratoire Ecofog (CNRS/AgroParisTech/Cirad/Inra/Université de Guyane/Université des Antilles)
B. Clair, laboratoire Ecofog (CNRS/AgroParisTech/Cirad/Inra/Université de Guyane/Université des Antilles)

Se tenir droit n’est pas toujours facile quand on est très grand. Alors imaginez pour un arbre… Comment parvient-il à se maintenir vertical ? Comme les humains, les végétaux ont besoin d’un « squelette », assuré par la rigidité de la tige ou du tronc, et d’un système moteur qui contrôle leur posture en développant des forces pour lutter contre la gravité. Les biomécaniciens ont longtemps pensé que cette fonction motrice résultait des seules forces internes agissant dans le bois. Mais l’équipe de Bruno Clair, du laboratoire écologie des forêts de Guyane, à Kourou, et du laboratoire de mécanique et génie civil de Montpellier, vient de montrer que cette fonction est aussi assurée par une autre structure : l’écorce.

La suite de l’article à lire sur le site de Pour La Science.

2 commentaires

  1. Un sujet original, qui peut parraitre anodin. La contribution de l’écorce doit rester assez limitée, et en tout cas très variable selon les plantes, conditions de pousse,… L’auteur ne parle que de l’approche physique (treilli, epaisseur,…). Pour certaines espèces, j’aurai pensé à un éventuel effet gaine qui maintien le bois compact et non eclatable, à l’instar de la cage thoracique qui confine les chairs/organes mous, les quels portent le corps vertical mieux que la colonne vertébrale le ferait seule (elle ne le ferait d’ailleurs pas: articulée). Je serai curieux si ces études débouchaient en effet comme « source d’inspiration potentielle pour la science des matériaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *