Le « jardin français » de Recherche Bay, par la Garance Voyageuse

Extrait de la Garance Voyageuse n°73. Le 28 septembre, les deux navires de l'expédition d'Entrecasteaux quittent le port de Brest sur les traces de l'expédition La Pérouse. À leur bord plusieurs savants, dont deux botanistes et un jardinier, chargés d'étudier, et notamment de collecter des plantes. Plus de deux siècles plus tard, des Australiens découvrent en Tasmanie, à Recherche Bay, un alignement de pierres qui correspond aux vestiges d'un jardin implanté là, en 1792 par Félix Lahaye le jardinier de l'expédition...

La Garance Voyageuse

La Garance Voyageuse est une revue botanique trimestrielle éditée par une association. L’association La Garance Voyageuse organise également des sorties botaniques.

Cette année, la Garance Voyageuse vous propose de découvrir certains de leurs anciens articles relatifs à l’histoire de la botanique sur Tela Botanica !

Le "jardin français" de Recherche Bay

« Brest, le 5 septembre 1791. Tandis qu’à Paris la Révolution voit s’achever les travaux de la Constituante, un solide gaillard d’une trentaine d’années descend de la diligence de Paris. Son bagage ne composte pas moins de 7 caisses, à savoir « 4 de graines de légumes, 1 de noyaux d’arbres fruitiers, 1 d’ustensiles de jardinage et la dernière, des habits du jardinier ». L’homme, en effet, est un jardinier, et pas n’importe lequel : quelques jours plus tôt, Félix Lahaye, était encore 1er garçon-jardinier de l’École de Botanique au Jardin du Roi à Paris. Il est accueilli par M. Laurent, directeur du Jardin botanique de l’Amirauté et ancien « jardinier du Roi » lui-même. Est-ce à dire que tout cet équipage de graines et de noyaux destinés à enrichir le jardin botanique brestois ? Tant s’en faut ! La mission confiée à Lahaye par le directeur de l’École de Botanique du Jardin du Roi, André Thouin, est d’une autre envergure. Promu « jardinier-voyageur », aux gages désormais versés par l’Administration de la Marine, Lahaye est en partance pour un long périple qui le conduira aux antipodes, avec au programme l’exploration de la côte sud de la Nouvelle-Hollande (aujourd’hui Tasmanie), de la Nouvelle-Calédonie, et de nombreuses îles du Pacifique Sud (Salomon, Tonga, etc.). Le jardinier a été enrôlé comme « savant à la ration », dans l’équipage de La Recherche, vaisseau amiral de l’expédition d’Entrecasteaux.

L’expédition d’Entrecasteaux est historiquement indissociable de celle de La Pérouse. En effet, l’une des missions était la recherche de toute information permettant de connaître le sort des deux bâtiments de l’expédition La Pérouse, disparus corps et biens après un dernier message envoyé le 7 février 1788 de Botany Bay, sur la côte orientale de la Nouvelle-Hollande. Ses autres missions étaient identiques à celles de l’expédition de La Pérouse dont elle était conçue comme la réplique exacte : « L’Assemblée nationale décrète en outre que le Roi sera prié d’armer un ou plusieurs bâtiments sur lesquels seront embarqués des savants, des naturalistes et des dessinateurs et de donner aux commandants de l’expédition la double mission de rechercher M. de La Pérouse […] et de faire en même temps des recherches relatives aux sciences et au commerce […]. » On voit que la mission première de sauvetage n’avait pas fait oublier l’intérêt de la découverte de nouveaux territoires.

Les deux gabarres réarmées en frégates pour l’expédition d’Entrecasteaux, La Recherche et L’Espérance, étaient très semblables aux deux vaisseaux de La Pérouse, La Boussole et L’Astrolabe. Chacun des bâtiments allait devoir emmener environ cent vingt personnes et tout le nécessaire au maintien du bon état des uns et à la survie des autres au cours d’un voyage prévu pour durer de deux à trois ans dans des mers particulièrement hostiles.

À bord de La Recherche, le jardinier allait côtoyer quatre autres savants, au statut privilégié de « savants à la table de l’état-major », parmi lesquels le célèbre botanique Jean-Jacques Houtou de La Billardière : Lahaye était l’un de ses assistants avec Louis Ventenat, « aumônier-naturaliste ».

 

Publier vos articles

Vous souhaitez vous aussi partager vos articles Tela Botanica ? Que vous soyez contributeur d’une revue botanique ou particulier, n’hésitez pas à proposer vos articles.

Plus d'articles par La Garance Voyageuse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *