« Herbes folles » : mieux les connaitre et participer à leur suivi

Ce mois-ci, France Inter diffuse un reportage sur les adventices, autrement nommées "mauvaises herbes" ou "herbes folles". L'occasion pour nous de mettre en lumière les projets animés ou portés par Tela Botanica autour de ces herbes sauvages.
Fumaria-extraite-du-teaser-MOOC-Herbes-Folles-Licence-CC-BY-SA
Fumaria extraite du teaser MOOC Herbes Folles- Licence CC BY-SA

Les mauvaises herbes, à écouter sur France Inter

« Elles envahissent nos champs, nos villes, nos jardins. Elles sont le cauchemar des jardiniers professionnels et amateurs, et une sacrée aubaine pour les vendeurs d’herbicides. Pourtant ces plantes que l’on chasse de façon presque systématique semblent avoir plus à offrir que leur simple présence…  »

Présentation de l’émission sur France Inter – La Terre au carré du 24 mars 2021, par Mathieu Vidard – 55 minutes

Avec Sabrina Gaba, directrice de recherche à l’INRAE  au Centre d’Etudes Biologique de Chizé, et directrice adjointe de la Zone Ateliers Plaine et Val de Sèvre et Sophie Nadot, professeure de botanique à l’Université de Paris-Saclay et coordinatrice du MOOC Herbes Folles.

Mieux connaitre les herbes folles

Pour favoriser la connaissance de ces plantes au plus grand nombre, Tela Botanica a développé plusieurs outils de formation, accessibles en ligne.

Le MOOC Herbes Folles

3

Discrètes bien que nous les croisons quotidiennement, les « mauvaises herbes » ou « herbes folles » ont une incroyable capacité d’adaptation et une forte tendance à trouver refuge dans les moindres recoins. Qui n’a jamais été surpris de constater avec quelle détermination elles parviennent à jaillir d’un bord de trottoir, d’un mur lézardé, à peupler les parcs, les friches, et bien entendu les champs ? Quel jardinier n’a jamais hésité entre arracher ces plantes sauvages qui envahissent son jardin et son potager, ou laisser ces maillons de la biodiversité s’épanouir ?

Afin d’apporter une réponse aux questions que vous vous posez à leur sujet, l’Université Paris-Sud et Tela Botanica ont développé un cours de botanique en ligne dédié à ces « mauvaises herbes », qui ne sont peut-être pas si mauvaises : le MOOC Herbes Folles

Après une première édition en 2018, le MOOC Herbes Folles sera diffusé à partir du 20 septembre 2021 (inscription dès juin 2021). Nous vous informerons par mail dès l’ouverture des inscriptions si vous êtes inscrit sur la plateforme Tela Formation et à sa newsletter.

En attendant, les vidéos des MOOC sont disponibles sur la chaîne Tela Formation.  Pour les plus impatients, vous pouvez dès aujourd’hui découvrir une partie des contenus du MOOC dans les 4 cahiers de vacances « Herbes Folles ».

KIT Flore Spontanée

Le Kit Flore Spontanée est un dispositif à destination des collectivités et des structures qui souhaitent faire accepter la végétation spontanée en milieu urbain. Il s’agit d’un centre de ressources et de formation en ligne réalisé par Tela Botanica et hébergé sur la plateforme Tela formation. Ce kit est ouvert sans limite dans le temps et s’articule en 6 séquences.

Vous êtes un habitant amoureux des plantes ? Alors faites passez l’information à vos communes !

Agir pour les herbes folles

Tela Botanica anime plusieurs projets de sciences participatives autour de cette flore spontanée. Rejoignez vous aussi ces projets et contribuez à la connaissance sur les herbes folles !

Sauvages de ma rue

5

Sauvages de ma rue est un programme de science citoyenne : c’est à la fois un projet pédagogique animé par l’association Tela Botanica et un projet scientifique du laboratoire CESCO du MNHN.

Sauvages de ma rue a pour but de permettre aux citadins de reconnaître les espèces végétales qui poussent dans leur environnement immédiat, les plantes qu’ils croisent quotidiennement dans leur rue, autour des pieds d’arbres, sur les trottoirs, dans les pelouses…

Même si vous n’avez aucune connaissance en botanique, grâce à l’utilisation des outils très simples mis à votre disposition, vous pouvez faire la liste des espèces qui poussent dans votre rue et envoyer vos données aux chercheurs. Vos données permettent d’avancer sur la connaissance de la répartition des espèces en ville et sur l’impact de ces « brèches urbaines » sur la qualité de la biodiversité.

sTREEts

4

Ce programme de sciences participatives vous invite à recenser la flore des pieds d’arbres de votre rue, afin de mieux comprendre comment les espèces végétales utilisent les pieds d’arbres pour se déplacer dans les villes.

Contexte : Les herbicides chimiques sont maintenant interdits d’utilisation sur la voie publique. La végétation spontanée refait surface en ville, des questions émergent :

  • Quelles sont les plantes qui poussent aux pieds des arbres ?
  • Comment se propagent-elles d’un pied d’arbre à l’autre ?

L’équipe URBA du CESCO (Muséum National d’Histoire Naturelle) travaille sur la flore de 1500 pieds d’arbres situés à Paris. Elle souhaite étendre son étude à d’autres quartiers, d’autres villes de France métropolitaine, pour voir si les premiers résultats sont généralisables.

Cet appel s’adresse donc aux botanistes volontaires qui peuvent reconnaître l’ensemble des plantes qui poussent aux pieds des arbres et en faire le suivi chaque printemps.

Observatoire des Messicoles

2

L’Observatoire des Messicoles permet d’identifier, de recenser et de suivre de façon privilégiée les plantes “habitantes des moissons” sur les parcelles agricoles.

Les plantes messicoles ont la particularité de germer dans les cultures agricoles . Elles naissent et vivent au rythme des plantes cultivées et parviennent difficilement à se maintenir dans d’autres conditions. Parfois qualifiées de mauvaises herbes, les messicoles représentent pourtant une ressource non négligeable pour les pollinisateurs. Ces dernières décennies, la présence des plantes messicoles à fortement diminuée. C’est dans ce cadre qu’a été créé l’Observatoire des Messicoles, un projet participatif basé sur le volontariat qui a pour but d’inviter les citoyens à signaler la présence de messicoles, leur abondance, etc. Ceci afin de mieux les connaître pour mieux les protéger !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *